RETIMUS : un projet prometteur, reflétant la synergie de deux réseaux nouvellement labellisés F-CRIN

RETIMUS : un projet prometteur, reflétant la synergie de deux réseaux nouvellement labélisés F-CRIN

La sclérose en plaques (SEP) est une maladie auto-immune inflammatoire du système nerveux central touchant plus de 2 millions de personnes dans le monde. Les patients souffrant de cette maladie présentent des atteintes rétiniennes connues, aussi, une rencontre a été organisée entre les réseaux FCRIN4MS (dédié à la SEP) et FRCRnet (consacré aux maladies de la rétine), nouvellement labélisés F-CRIN. L’idée d’initier un projet commun a rapidement émergé.

En effet, plusieurs marqueurs de pronostic ont été identifiés pour prédire l'évolution de la maladie et la progression de l'invalidité dans la SEP. En utilisant une technique appelée imagerie à optique adaptative appliquée sur la rétine, nous sommes désormais en mesure de détecter la présence d'un infiltrat inflammatoire périvasculaire susceptible de survenir au cours de l'évolution de la SEP, qui est le reflet des modifications vasculaires survenant le long du nerf optique du parenchyme cérébral. 

L’étude Retimus, visant à explorer les phénotypes vasculaires rétiniens de patients atteints de différentes formes de SEP, va démarrer en 2019. Elle sera financée par le laboratoire Biogen et bénéficiera de la synergie entre les réseaux FCRIN4MS et FRCRnet, tant au niveau scientifique qu’opérationnel. L'objectif sera d'identifier les biomarqueurs phénotypiques de l'inflammation périvasculaire dans la rétine des patients atteints de SEP et de les corréler aux paramètres cliniques / paracliniques. 

Grâce à l’infrastructure F-CRIN, ainsi que la collaboration entre FCRIN4MS et FRCRnet et du soutien de Biogen, cette étude promue par l'INSERM pourra bientôt voir le jour.

Dr Céline Louapre (FCRIN4MS)
Pr Michel Paques (FRCRnet)